Articles

CHE GUEVARA et FIDEL CASTRO : Amitiés et guerilla – les derniers écrits du Che – article de Nicole BOILLE

Ernesto Guevara naît à Rosario (Argentine) le 14 juillet 1928. Toute sa vie, il sera aux prises avec une grave maladie d’asthme. Après des études d’ingénieur et un doctorat en médecine, il projette d’aller travailler dans un hôpital pour les lépreux à Maiquetía au Venezuela. Fidel Castro dans Une introduction nécessaire, nous rappelle que « Le Che, au cours de sa vie de guérillero, avait l’habitude de noter méticuleusement ses observations dans un journal personnel, jour après jour… Grâce à cette habitude, nous sommes en possession de ses pensées, arrachées aux moments de repos ».

Revue 311 – le corrigé de l’exercice

Homme, 29 ans, médecin généraliste, célibataire Comme il l’explique dans cette lettre, il se prête à cet exercice et n’exprime aucune demande particulière.  Mais il sera intéressé par les résultats qui lui seront communiqués. Observation globale Inégalités dans un contexte peu tendu,  mobilité,   prédominance de l’axe vertical, texte centré Définition Petite zone médiane inégale en tous genres et fluctuante autour de la verticale,  vibrante, sautillante, combinée, liaison mixte  à tendance filiforme, sinueuse,  trait léger, fin, net,  hypotension et raidissements, prolongée haut et bas et surélevée, grande signature à droite en lasso, mise en page centrée

Corrigé examen 2019

Femme, 42 ans, mariée, 3 enfants École nationale d’ingénieur des travaux agricoles de Bordeaux Actuellement gérante d’un restaurant crée il y a 10 ans sur une propriété viticole familiale. Elle explique dans sa lettre les raisons qui la poussent à se reconvertir et le projet qu’elle envisage. Elle se demande si elle a les qualités requises pour s’orienter vers les Ressources humaines et plus spécifiquement vers le recrutement.

Le mouvement dans l'écriture Décrire le mouvement d’une écriture, c’est observer ce qui la meut, l’anime, c’est être attentif à l’impression qui s’en dégage en appréciant plus particulièrement sa démarche, c’est-à-dire le déroulement de son geste graphique, la façon dont celui-ci fait progresser l’écriture vers la droite. Si l’on s’en tient à la définition du Petit Robert, l’effervescence (du latin effervescere : bouillonner) signifie bouillonnement, fermentation, mouvement ; son antonyme est le calme. Au sens propre, il s’agit du bouillonnement d’un liquide produit par un dégagement de bulles gazeuses, lorsqu’on y introduit certaines substances. Au sens figuré, l’effervescence est une agitation, une émotion vive et passagère ; l’exemple donné est : « cet événement a mis tout le pays en ...

Union européenne, diversité des alphabets, diversité des cultures, Véronique de Villeneuve, Serge Lascar

L’Union européenne est aujourd’hui à un tournant, elle n’est plus celle des 6 pères fondateurs, mais compte 28 pays, de langues, de cultures différentes, soudés et imbriqués dans leurs histoires, par leurs économies et leurs marchés. Sans compter un certain nombre d’autres états qui aspirent à y participer. Écoutons à ce propos ce que déclarait, le 26 janvier 2004, le président de la Géorgie, Mikhail Sakaashvili : « Tous les Georgiens pensent que l’Europe est notre destin final et qu’il faut poursuivre le cours de l’intégration européenne. C’est pour nous la priorité ». Utiliser une monnaie unique, rendre hommage au drapeau européen, élire des députés, harmoniser des comportements, participent certes à la construction de l’Europe. Toutefois, le sentiment d’appartenance à l’Europe, l...

Réflexions sur la place, le rôle et la parole du graphologue, Catherine Colo

Depuis plusieurs années, je m’interroge sur la place du graphologue, ce « sujet supposé savoir » pour reprendre la formule de Lacan, lorsqu’il répond à la demande personnelle d’un sujet, que ce soit dans le cadre de ce que nous appelons « l’analyse privée » ou de la restitution de l’étude graphologique dans le cadre d’un bilan. Si ces deux types d’intervention du graphologue ne sont pas totalement identiques, il s’agit bien cependant d’une situation du type : un sujet confie son écriture manuscrite au graphologue qui, en retour, va lui faire une restitution. En aparté, je me demande si ce mot « restitution », que nous employons souvent, est bien adapté. Restituer, c’est rendre ce qui a été pris, ce qui est possédé impunément ; ou, par extension, remettre une chose dans son état originel...

Ravel : une écriture à écouter, Serge Lascar

L’analyse graphologique de l’écriture de Maurice Ravel que nous reproduisons ici, avec l’aimable autorisation de l’éditeur, est extraite de l’ouvrage de Manuel Cornejo : Maurice Ravel. L’intégrale - Correspondance (1895-1937) écrits et entretiens, éditions Le Passeur, 2018. Cet ouvrage de 1772 pages offre pour la première fois l'ensemble jamais réalisé des écrits publics et privés de Maurice Ravel : plus de 2 650 documents dont 1 850 lettres, 140 écrits et entretiens, dont certains traduits de langues étrangères. L'ouvrage est enrichi d'annexes, dont une biographie. Originale, singulière, avec le désir de sortir de l’ordinaire, telle nous apparaît d’emblée l’écriture dessinée et stylisée de Maurice Ravel (1). Ce pourrait bien être l’écriture d’un mondain ? D’un aristocrate élégant...

Pourquoi reconnait-on une écriture parmi d’autres ? 2ème partie – AGMP Toulouse – Laurence Grand Champ des Raux

Deuxième étude des écritures des 26 scripteurs sous un angle différent : Nous avions vu dans les premiers tableaux que les espèces utilisées ne traduisaient pas le côté "vivant" de l’écriture. Nous avons donc étudié, lors d'une deuxième étape, l’écriture sous l’angle du déroulement du fil graphique (après avoir pris pour références la continuité et la conduite du tracé). Nous avons repris les écritures des 26 scripteurs et établi de nouveaux tableaux en étudiant les écritures exclusivement sous l’angle : du déroulement graphique de l’étude de l’espace  et de celle des petits signes et des gestes-types

Pourquoi reconnait-on une écriture parmi d’autres ? 1ère partie – par l’AGMP de Toulouse et Laurence Grand Champ des Raux

Cet article est issu de la mise en commun et du retour d’expérience sur le thème de “l’identité graphique” à partir de l’étude réalisée par Laurence Grandchamp des Raux : "Permanence et changements dans l’écriture : études longitudinales” et le travail réalisé par le groupe de recherche « Identité graphique » de l'AGMP de Toulouse. L’ étymologie du mot  « IDENTITÉ » vient de  « IDEM », c'est-à-dire « LA MÊME CHOSE ». Tout sujet a le sentiment d’être lui-même depuis le moment où sa mémoire le représente : il se reconnait sur des photos prises à chaque étape de sa vie ; il éprouve un sentiment d’identité qui est un sentiment de continuité dans le temps. On peut donc parler d’une permanence de soi passant par un sentiment d’altérité : on ne peut se définir et se différencier que par ra...

Examen 2018 – proposition de corrigé de l’étude privée

Écriture d'une jeune femme de 20 ans. Après 2 années de médecine, elle entre en 1ere année à l’école de sage-femme. Elle s’interroge sur son avenir, se demande si elle a fait le bon choix et entreprend une démarche auprès d’un graphologue afin de mieux se connaître et de comprendre ses motivations. Observation globale : Homogénéité d’un graphisme appliqué et tendu. Page occupée de haut en bas avec une marge de gauche tirée au cordeau. Écriture proche du modèle calligraphique et dont les mots sont cernés.

Le choix des mots – Claudie Soulié

Quelques réflexions sur le « choix des mots » La pratique de la graphologie incite les graphologues à réfléchir sur « le choix des mots » utilisés, mots  absolument essentiels, dans leurs comptes rendus qui constituent la raison d'être, la finalité, de leur  discipline. Trouver le terme juste, celui qui caractérisera spécifiquement la personnalité du scripteur concerné, les oblige à un surcroît de rigueur dans le vocabulaire adopté, dans la mesure où ils se doivent de rendre compte le plus exactement possible du sens précis de cette trace unique, irréductible à aucune autre, que le scripteur aura laissé sur la page et qui est l'expression de son identité profonde. D'où le poids des mots choisis qui ne pourront exprimer la spécificité, la singularité même, de celui qui a produit ce...

Réflexions sur la place, le rôle et la parole du graphologue – Catherine Colo

Depuis plusieurs années, je m’interroge sur la place du graphologue, ce « sujet supposé savoir » pour reprendre la formule de Lacan, lorsqu’il répond à la demande personnelle d’un sujet, que ce soit dans le cadre de ce que nous appelons « l’analyse privée » ou de la restitution de l’étude graphologique dans le cadre d’un bilan. Si ces deux types d’intervention du graphologue ne sont pas totalement identiques, il s’agit bien cependant d’une situation du type : un sujet confie son écriture manuscrite au graphologue qui, en retour, va lui faire une restitution. En aparté, je me demande si ce mot « restitution », que nous employons souvent, est bien adapté. Restituer, c’est rendre ce qui a été pris, ce qui est possédé impunément ; ou, par extension, remettre une chose dans son état originel...

  • 1
  • 2

Mot de passe perdu

s'inscrire